18/07/2015

Pétition contre le projet de suppression de la police à cheval et de l'escorte royale

Pétition contre le projet de suppression de la police à cheval et de l'escorte royale

 

DSCN0906.JPG

Une manœuvre insidieuse de la NVA qui vise à terme la monarchie et la Belgique

La hiérarchie de la police montée a fait savoir à ses membres que leur unité était menacée d'une disparition imminente.

 
Comme vous le savez peut-être, ce "bruit" de suppression, qui entraînerait également la fin de l'escorte royale, ne date pas d'hier mais le risque n'a jamais été aussi réel qu'actuellement.
 
Le ministre de l'intérieur en la personne de Jan Jambon (NVA) a constitué un groupe de travail qui avait pour mission d'évaluer la police à cheval. Les différents aspects observés étaient entre autre, ses missions, ses dépenses et enfin sa rentabilité.

En conclusion de ce dossier, le groupe de travail à estimé que la police fédérale à cheval avait essentiellement une mission protocolaire d'escorte Royale. Une aberration, car contrairement à la garde républicaine, la police montée assume de nombreuses autres missions.

 
L'Escorte Royale à cheval ne représente qu'une dizaine de prestations pour les remises des lettres de créances des ambassadeurs au Roi. L'Escorte Royale du 21 juillet et éventuellement lors de visites officielles de chefs d'état, ou un événement particulier tel un mariage ou un décès.
 
En dehors de la mission d'escorte royale , la police montée de nombreuses missions de maintient de l'ordre public lors de divers événements qui réunissent de grands mouvements de foules : matchs de football , les festivals musicaux, les carnavals, les manifestations folkloriques
 
La police montée renforce chaque police locale qui en fait la demande.

Le projet de suppression de la cavalerie devrait être présenté lors de la rentrée parlementaire.

La manoeuvre est claire : c'est aussi la monarchie, sa dimension symbolique, son prestige, qui sont visés par une économie de bout de chandelle. Par-delà, c'est la Belgique qu'on veut atteindre.

Dans la plupart des pays européens, le chef de l'Etat, qu'il soit monarque ou président, dispose d'une garde d'honneur, le plus souvent montée, qui souligne la dignité de sa fonction. En priver le chef de l'Etat belge, ce serait contribuer à miner l'indeitité même de notre nation.
 
La police montée en appelle au soutien de tous les citoyens, notamment en signant la pétition :
Je vous y engage, sûr que vous comprendrez les enjeux de cette démarche. N'hésitez pas à faire circuler ce message, dont les termes sont repris à un email reçu d'un membre de l'escorte royale qui est de mes amis.

Christian CANNUYER
Faculté de Théologie catholique de Lille
Président de la Société Belge d'Études Orientales
(http://www.orientalists.be)
Directeur du Bulletin Solidarité-Orient Werk-voor-het-Oosten
(http://www.orient-oosten.org/)
Directeur de la Collection "Fils d'Abraham" (Brepols)
Secrétaire Général du Cercle Royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Commentaires

Tout est dit!

Écrit par : Evrard | 21/07/2015

Pourquoi la NVA ne passe-t-elle pas sous les sabots des chevaux lors du défilé?La Belgique en serait débarrassée,et la NVA comprendrait alors l'utilité de la police montée!!!

Écrit par : Paquet Herman | 21/07/2015

cest du non réfléchi et incompréhensible l'attitude de notre gouvernement

Écrit par : Larocque | 24/07/2015

Les commentaires sont fermés.